Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 5cf666caa0e6a.jpg
"Puisqu'il faut bien se définir (…) moi, je veux bien qu'on me classe dans la catégorie des ploucs. Je corresponds parfaitement à la définition. Je suis fils et petit-fils de paysan. J'ai grandi dans le monde rural. Je peux paraître mal dégrossi, un peu rustre aussi, parfois. D'ailleurs, on est tous un peu ploucs, ici, au J'Go.
Et c'est très bien comme ça."

Denis Méliet 31 janvier 1966 / 3 juin 2019

Les menus du jour

Les produits :

Les yeux dans les œufs !

Crée le 25/04/2019

En trempant la mouillette au J’Go, vous contribuez à l’indépendance d’un jeune paysan, à l’agroécologie, à la santé des sols et à la défense du patrimoine agricole des Pyrénées. Un petit plat pour l’homme, un grand pas pour le biodiversité. Explications ...

Les poules qui ont pondu ces oeufs vivent libres sur des parcours herbeux, parmi les vaches du troupeau de Thomas Clément, jeune paysan gersois dont on déguste les veaux de lait au J’Go. Leur existence n’est guidée que oar leur instinct naturel, gage pour elles de bien-être et de sérénité, et de qualité gustative pour leurs oeufs.

Ces poules sont libres comme l'air, elles vivent au cul des vaches, comme on dit, c'est à dire en symbiose avec les bovins de la ferme. Elles participent, à leur échelle, à la fertilisation des prairies par leurs déjections etau bien être des vaches qui, comme tous les bovins et la plupart des mammifères, adorent la compagnie des oiseaux.

Comme elles ne reçoivent qu'une infime quantité de grain (quelques grammes de lin destinés à assurer la bonne teneur des oeufs en Omega 3), les poules de Thomas Clément picorent essentiellement de l'herbe, des feuilles et dess insectes. Une alimentation riche en végétaux qui confère aux oeufs des propriétés nutritionnelles intéressantes.

Thomas Clément est le plus jeune paysan de la bande du J'Go. Il fait partie de cette génération qui place l'environnement et le bien être animal au coeur de la question agricole. Chez lui, ni chimie, ni labour, mais du semis direct et des prairies multi-espèces. Vaches et poules vivent en liberté toute l'année.

Le J'Go a proposé à Thomas, voilà un an, d'initier l'élevage de quelques centaines de poules pour alimenter en oeufs les restaurants de Toulouse, Paris, Blagnac et Marciac. Les poules glanant leur nourriture dans la nature et les prairies, il n"engage aucun frais pour acheter du grain. Cette petite production met donc de la biodiversité dans la ferme et du beurre dans les épinards.

La suite dans Plouk 3, page 12-13