Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 5c00633fbb6d2.jpg Le J'GO 5b60022938456.jpg Le J'GO 552ce4e659dc8.jpg Le J'GO 5c006368e03a9.jpg Le J'GO 558a6ccc4a9c8.jpg Le J'GO 5bad4bf138406.jpg Le J'GO 5bad4c052e652.jpg
La boucherie

Les menus du jour

Les produits :

Les Poulets fermiers du Gers

Crée le 10/04/2014

Le J’Go met en valeur un poulet issu d'une filière gasconne, un beau et bon poulet spécialement élevé dans une ferme du Gers comme l’étaient les gouteuses volailles que nous dégustions le dimanche en famille.

Les poulets Pategrain sont élevés au cœur de la Gascogne, à une centaine de kilomètres de Toulouse. La notion de Gascogne est primordiale puisqu’elle permet de s’affranchir du terme “sud-ouest” omnipresent dans l’industrie agroalimentaire, et de célébrer une region dont les hommes et les terroirs sont célèbres dans le pays tout entier.

Les volailles Pategrain sont issues des cou-nu, une race à croissance lente dont la chair est particulièrement savoureuse. Il n’existe pas, à proprement parler, de race à croissance lente, ni de race à croissance rapide.

En revanche, en effectuant au sein d’une race une sélection génétique privilégiant la prise de poids, les industriels obtiennent en bout de chaine des poulets capables de grossir dans un laps de temps très court.

Il existe donc des poulets cou-nu à croissance rapide (sélectionnés génétiquement), et des cou-nu non sélectionnés (dits à croissance lente par opposition aux autres).
Pategrain privilégie les poulets traditionnels, dont la croissance correspond aux standards des cou-nu de basse-cour.

Un œil avisé sait distinguer le poulet à croissance rapide du poulet traditionnel. Le premier mange énormément et bouge peu, attendant qu’on le nourrisse, le second a tendance à courir davantage, à se déplacer et à glaner une partie de sa nourriture à l’extérieur.

Certains professionnels du secteur agroalimentaire s’étonnent que l’on puisse vendre au Pategrain des poulets à croissance lente. Cela tient du fait que, dans l’industrie, ils ne sont pas rentables. Pour pouvoir rentabiliser son commerce, il faut impérativement s’engager dans un modèle économique inédit. C’est le cas de Pategrain.
De l’abattage à l’assiette, chaque étape demande du temps, du savoir-faire et le concours d’hommes et de femmes expérimentés. La main intervient par exemple dans le processus de plumage, ce qui évite d’endommager la chair et d’altérer la faculté de la peau à croustiller après cuisson.

La qualité exceptionnelle des volailles Pategrain est le résultat d’un partenariat étroit entre la rotisserie et ses fournisseurs. Christophe Lacroix  résume ainsi sa démarche d’éleveur : « Il s’agit de laisser le poulet atteindre son poids idéal (entre 1,8 et 2kg) dans un maximum de temps, afin de respecter le développement naturel de l’animal, ce qui garantit la qualité de la viande.»