Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 5966440d139dc.jpg Le J'GO 595144b59ac4a.jpg Le J'GO 592d2e8e4620b.jpg Le J'GO 5951448d8c919.jpg Le J'GO 55f9829cd28f7.jpg Le J'GO 552ce4d69b036.jpg Le J'GO 56bc8efc5bcb6.jpg Le J'GO 558a6ccc4a9c8.jpg Le J'GO 552ce4f681abe.jpg Le J'GO 552ce4c035761.jpg Le J'GO 552ce4cb6f92a.jpg Le J'GO 55f982d250e5e.jpg Le J'GO 55638b846d1fb.jpg Le J'GO 55638bc32908b.jpg Le J'GO 5951449a87239.jpg Le J'GO 57712a411bcca.jpg
La boucherie

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L’ego du J’GO du 25 septembre au 1er octobre 2013

Crée le 01/10/2013
Sénat qua non...

Votant comme un seul homme des amendements communistes, UMP et centristes, les sénateurs ont refusé la semaine dernière d’intégrer à la loi française l’obligation pour les restaurateurs d’indiquer l’origine industrielle ou « maison » des plats proposés à la carte. Une telle démonstration de courage donne des frissons. On a envie de se lever d’un bond et de chanter la Marseillaise la main sur le cœur, pour célébrer cette victoire de l’intérêt général sur la politique politicienne. Quand il s’agit d’interdire aux clients des restaurants de savoir s’ils mangent un dessert maison ou une île flottante industrielle à base d’œuf en brick, quand il s’agit d’empêcher ce même client de savoir si son addition rémunère un cuisinier professionnel ou une usine Tricatel, quand il s’agit de privilégier les 80% de restaurants traditionnels qui emploient des produits industriels semi-élaborés voire entièrement cuisinés, au détriment des 20% qui s’appliquent à travailler des produits frais de saison, c’est la grande union nationale, la disparition des clans, le grand rassemblement d’anciens maoïstes, de nouveaux centristes, de Gaullistes, de vieux giscardiens et d’on-ne-sait-quoi encore, autour d’une valeur forte : la couardise.

À la sortie du Palais du Luxembourg, et après avoir avancé des arguments au mieux alambiqués, au pire malhonnêtes, les 189 sénateurs qui venaient de supprimer par leur vote le caractère obligatoire de la mention « fait maison » sur les cartes des restaurants sont allés fêter ça au restaurant du Sénat, où les tables sont dressées par 12 maîtres d’hôtel, où la brigade est composée de MOF, de lauréats des Bocuse d’Or, et où l’on sert 80 couverts par jour dans un souci constant de fraîcheur des produits, de qualité gustative et de saisonnalité. Un établissement, ça va sans dire, interdit au grand public et préservé de la critique gastronomique.