Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 591d52777d7fc.jpg Le J'GO 58e55d3978923.jpg Le J'GO 58e55c76177e1.jpg Le J'GO 552ce4d69b036.jpg Le J'GO 56bc8f0e8d301.jpg Le J'GO 558a6ccc4a9c8.jpg Le J'GO 552ce4f681abe.jpg Le J'GO 552ce4c035761.jpg Le J'GO 552ce4cb6f92a.jpg Le J'GO 55638b846d1fb.jpg Le J'GO 55638bc32908b.jpg Le J'GO 55f982fd24f18.jpg Le J'GO 57712a411bcca.jpg
La boucherie

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L’ego du J’Go du 30 juillet 2013

Crée le 22/08/2013
Synthèse priez pour nous...
Ce qui n’était encore que fiction le mois dernier sera déjà réalité la semaine prochaine, lorsqu’un restaurateur londonien proposera à ses clients le premier steak artificiel jamais « cuisiné », fabriqué à partir de cellules souches prélevées sur le cou d’un veau. Son prix est élevé (290.000 €), mais ce n’est pas le principal problème. Considérant que la saveur d’une viande traditionnelle dépend du collagène, du gras intramusculaire, du talent du boucher et du sérieux de l’éleveur, les inventeurs du steak de synthèse avertissent déjà les amateurs : ce muscle artificiel sera tout bonnement… dégueulasse.
En passant, sachez que le tartare du bœuf du J’Go coûte bien moins de 290 000€, et qu’il est composé d’une viande savoureuse, issue de bœufs charolais élevés à Fustérouau (Gers) par Jean-Pascal Laffitte.

Noirs à dévorer
Dans une interview parue mardi dans la presse locale gersoise, le journaliste Philippe Lefait (Des mots de Minuit sur France 2), de passage à Jazz in Marciac, résume en ces termes son rapport au jazz : « Ma tante avait des collections entières de romans noirs, que je dévorais en écoutant ses disques de jazz. » Qu’il sache qu’au J’GO in Marciac,  il y a des collections entières de Porcs Noirs, qu’on peut dévorer en écoutant des concerts de Jazz.