Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 59c372dcbd94c.jpg Le J'GO 592d2e8e4620b.jpg Le J'GO 55f9829cd28f7.jpg Le J'GO 59c372cc18b60.jpg Le J'GO 552ce4cb6f92a.jpg Le J'GO 55638bc32908b.jpg Le J'GO 57712a411bcca.jpg
La boucherie

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L'ego du J'GO du 10 au 17 juillet 2013

Crée le 11/07/2013
De l’usage du cassoulet
Fin juin, le groupe agroalimentaire Delpeyrat se disait intéressé par le rachat de la filière 'plats cuisinés' de l'entreprise Spanghero. Objectif : valoriser les parties du canard qu'il n'emploie pas déjà dans la fabrication du foie gras. Quelques jours plus tard, le tribunal de Quimper a condamné un jeune homme coupable d'avoir renversé une assiette de cassoulet sur la tête de sa propre mère, histoire de manifester son mécontentement. À toutes fins utiles, le J'go rappelle que son cassoulet cuisiné sur place n'ambitionne aucune valorisation industrielle et n'envisage pas de finir sur la tête des gens. Il est préparé avec soin dans la plus stricte tradition, pour le simple plaisir de celui qui le déguste.

De l’usage des taxes
On connaît le palmarès des trois plus fortes hausses de prix de 2013. Dans l’ordre : la bière, les fruits et l’électricité. La bière du fait d’une augmentation des taxes de 160%, les fruits à cause du mauvais temps (+4,4%), et l’électricité (+8,5°%) du fait, dit-on, d’une mauvaise gestion de la part des patrons d’EDF.  Ceux qui aiment profiter des soirs d’été en mangeant des fraises et en buvant des bières sous la lumière d’une ampoule nue pendue au-dessus de la table du jardin, subissent donc une hausse cumulée de 172,9%. Unique bonne nouvelle : la bière artisanale, comme celle de notre ami Christophe Ratz, subit une baisse de la consommation moins sensible que les brasseurs industriels. Preuve qu’en dépit des apparences, il y a tout de même une justice en ce bas monde.