Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 5cf666caa0e6a.jpg
"Puisqu'il faut bien se définir (…) moi, je veux bien qu'on me classe dans la catégorie des ploucs. Je corresponds parfaitement à la définition. Je suis fils et petit-fils de paysan. J'ai grandi dans le monde rural. Je peux paraître mal dégrossi, un peu rustre aussi, parfois. D'ailleurs, on est tous un peu ploucs, ici, au J'Go.
Et c'est très bien comme ça."

Denis Méliet 31 janvier 1966 / 3 juin 2019

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L'Ego du J'Go du 1er au 7 février 2018

Crée le 01/02/2018
L'Armagnac, le meilleur ami de la crêpe... Contrairement aux autorités sanitaires qui refusent de faire la différence entre l’absorption hystérique de mauvais alcool (appelée binge drinking ou biture express selon le côté de la Manche où l’on se trouve) et la consommation raisonnée de produits d’exception, le J’Go sait qu’il y a autant de points communs entre 4cl d’Armagnac et 1 litre de whisky de supérette, qu’entre le couinement d’une porte et la 9ème symphonie de Beethoven. Somme de culture, d’Histoire, de passion, de travail, de hasard et de savoir-faire, cette eau-de-vie de raisin produite depuis plus de 700 ans dans les départements du Gers, du Lot-et-Garonne et des Landes, conclue les repas de famille en Gascogne aussi légitimement que le point conclue les phrases et les marrons les mêlées à 5 mètres. Si je vous dis cela, c’est que l’armagnac est, en période de chandeleur, ce qui permet de distinguer une crêpe du J’Go d’une crêpe bretonne. Quand à savoir que boire de gascon avec vos crêpes, adressez-vous au serveur le plus proche : il a forcément en réserve des breuvages surprenants qui font oublier les meilleurs cidres.