Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 58d44174c3111.jpg Le J'GO 55f9829cd28f7.jpg Le J'GO 552ce4d69b036.jpg Le J'GO 56bc8f0e8d301.jpg Le J'GO 558a6ccc4a9c8.jpg Le J'GO 552ce4f681abe.jpg Le J'GO 552ce4c035761.jpg Le J'GO 552ce4cb6f92a.jpg Le J'GO 55f982d250e5e.jpg Le J'GO 55638b846d1fb.jpg Le J'GO 55638bc32908b.jpg Le J'GO 57712a411bcca.jpg
La boucherie

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L’Ego du J’Go du 15 au 22 mai 2013

Crée le 08/07/2013

Culi Nimbus...

Poster sur Facebook ou Twitter des photos de plats sortant du four ou d’assiettes de restaurants relève de la pornographie alimentaire. C’est la théorie que défend Valerie Taylor, une psychiatre canadienne influente, qui considère que la nourriture prend trop de place dans les préoccupations de ses contemporains. Penser à manger, parler de bouffe en déjeunant, évoquer des recettes en dinant, seraient donc les signes de pathologies alimentaires. Drôle d’idée. En France, on fait ça depuis Rabelais, et on appelle ça « la culture ».

French paradox

« La vraie spécialité française, c’est devenu l’arnaque ». C’est le résumé détonnant que faisait début avril le restaurateur parisien Xavier Denamur dans la presse suisse. Le J’Go vous encourage à lire ce papier rafraichissant auquel il n’enlèverait pas une ligne, même s’il était chef de la censure.

À toute chose malheur est bon

Évidemment, rien n’est plus frustrant que de passer les ponts de mai à l’abri de son poncho ou d’assister aux phases finales du TOP 14 dans la même tenue que celle qu’on arborait pour le tournoi des VI Nations. Fort heureusement la persistance de l’hiver n’a pas que des inconvénients, qui permet de se délecter pour quelques semaines encore dans les restaurants J’Go, de vieux classiques hivernaux réconfortants comme la véritable saucisse de Toulouse ou la poêlée de rognons. Et au moindre rayon de soleil, optez pour un gaspacho d’asperges ou un carpaccio de courgettes.