Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 5cf666caa0e6a.jpg
"Puisqu'il faut bien se définir (…) moi, je veux bien qu'on me classe dans la catégorie des ploucs. Je corresponds parfaitement à la définition. Je suis fils et petit-fils de paysan. J'ai grandi dans le monde rural. Je peux paraître mal dégrossi, un peu rustre aussi, parfois. D'ailleurs, on est tous un peu ploucs, ici, au J'Go.
Et c'est très bien comme ça."

Denis Méliet 31 janvier 1966 / 3 juin 2019

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L'Ego du J'Go du 12 au 18 janvier 2017

Crée le 13/01/2017

Vamos à Baer
Le J’Go et Edouard Baer vivent un amour réciproque (pas comme Charles et Diana) et fidèle (pas comme Sollers et Kristeva). Aussi, la sortie du troisième film d’Edouard Baer, cette semaine (Ouvert la nuit) nous remplit d'envie de courir dans les salles obscures. 
La bande annonce vous est offerte à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=7Locez8wWIc, avec un singe, Audrey Tautou, et une apparition du J’Go Drouot.

Collection J'GO
Désormais, à Toulouse ou à Paris, la production charcutière du J'Go, élaborée dans notre atelier d'Hachan dans les Hautes Pyrénées, est à déguster, en vitrine, au comptoir ou sur nos étals .... Découvrez la première gamme de conserves et charcuteries artisanales 100% J’Go, sans aucun additif chimique, mais avec un bon supplément d’âme !


1 an déjà...
Au J’Go, depuis près de 15 ans, pas une nuit, pas une bringue digne de ce nom ne s’achève sans qu’on grimpe sur le comptoir pour y vociférer « Les Oies Sauvages » de Delpech en exécutant sans pudeur une improbable chorégraphie.
Personne ne connaît véritablement l’origine de ce rituel, personne n’en sait la raison d’être, mais quiconque a un jour assisté ou participé à la chose en a forcément éprouvé la puissance. C’est un peu notre haka à nous, notre rite tribal, notre bannière sonore. Aussi, la disparition de Michel Delpech nous plonge-t-elle dans le trouble et la tristesse. Mais tant qu’il y aura le J’Go et tant qu’il y aura des comptoirs, nous continuerons à beugler le refrain réconfortant de cette chanson qui nous ressemble.