Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 58ad73f17fc9e.jpg Le J'GO 58ac019f66e4b.jpg Le J'GO 58ad73fa8fe9c.jpg Le J'GO 55f9829cd28f7.jpg Le J'GO 558a6ccc4a9c8.jpg Le J'GO 552ce4f681abe.jpg Le J'GO 55638bc32908b.jpg
La boucherie

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L’ego du J’Go du 28 octobre au 2 novembre 2016

Crée le 27/10/2016

Gobe trotters
Un mois après la fermeture du mondial de l’auto de Paris, des chiffres inédits circulent encore sur Twitter, révélant par exemple que les visiteurs du salon ont avalé 12 km de saucisse.  En matière de saucisse, je vous conseille de privilégier la qualité plutôt que la quantité, en dégustant au J’Go quelques centimètres de saucisse de Toulouse élaborée dans nos cuisines.

Double je
Le J’Go a, depuis toujours, un faible pour le mouton de Barèges-Gavarnie. D’abord parce qu’il s’agit d’une viande exceptionnelle produite par des bergers tout ce qu’il y a de plus Pyrénéens et engagés. Ensuite parce que ce mouton qui a connu deux estives et qui est abattu avant que l’alimentation hivernale ne vienne altérer son bon goût de prairie d’altitude, a une saveur qui ravit même les convives qui, d’ordinaire, n’aiment pas le mouton. Ruez-vous dessus si vous êtes un client du J’Go Paris. Pour Toulouse, il faudra attendre un peu… 

À toute chose malheur est bon
Avec l’automne viennent les toux et les éternuements, mais arrivent aussi les cèpes. Ces viennent d’atterrir dans les poêlons des J’GO Paris (y compris aux Jardins du marché de Saint-Germain) et Toulouse.