Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 5cf666caa0e6a.jpg
"Puisqu'il faut bien se définir (…) moi, je veux bien qu'on me classe dans la catégorie des ploucs. Je corresponds parfaitement à la définition. Je suis fils et petit-fils de paysan. J'ai grandi dans le monde rural. Je peux paraître mal dégrossi, un peu rustre aussi, parfois. D'ailleurs, on est tous un peu ploucs, ici, au J'Go.
Et c'est très bien comme ça."

Denis Méliet 31 janvier 1966 / 3 juin 2019

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L’ego du J’Go du 27 mai au 1er juin 2016

Crée le 25/05/2016

Les 1000 ou de l’éducation
Tel Sotomayor franchissant la barre des 2,45 m, le compte Twitter @RestaurantsJgo a franchi hier la barre des 1000 followers. Nous sommes désormais suffisamment nombreux pour constituer 66,666 équipes de rugby ou 333,333 triplettes de pétanque. C’est tout bête, mais on est heureux de partager avec vous le quotidien du restaurant, de vous en expliquer les rouages et l’approvisionnent 100% local et 100% paysan, et de de balancer de temps à autre une mauvaise blague ou 140 signes de chauvinisme gascon. L’équipe des J’GO Toulouse et Paris vous salue bien bas, et vous remercie pour votre fidélité numérique.

Le retour du J’GO Saint-Germain
Depuis la fermeture en 2015 du J’GO de Paris-Saint-Germain-des-Prés, pour cause de restructuration du marché, on n’avait plus aperçu l’ombre d’une chaise siglée J’Go à l’ombre des arcades. Mais tel un phénix renaissant de ses cendres de rôtissoire, le J’Go revient en terrasse à Saint-Germain par l’entremise de sa loge maraîchère, qui dispose désormais d’un bel emplacement en terrasse. C’est un peu comme si la Suisse avec un accès à la mer, et c’est parfait pour fêter l’Euro 2016 à l’air libre en profitant de grignotages gascons !

Baiser
Jean-Paul Chambas est un peintre gascon et universel, décent et extraverti, clapotant et effervescent. Il a éclaboussé de son génie peint des stations de métro et des décors d’opéra, figuré d’autres génies, d’autres poètes, d’autres légendes, d’autres toreros, d’autres punks que lui. Au J’GO, il est présent partout. Au mur de l’Echoppe, au sol du J’GO Drouot, au plafond de l’ancien Pategrain, sur les cartes et dans la plupart de nos meilleurs souvenirs. Du 27 mai au 7 juin, il expose une série de baisers aux murs de The Big Gallery, rue Saint-Paul à Paris. Ne pas s’y rendre, serait se rendre coupable.