Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 58e55d3978923.jpg Le J'GO 58e55c76177e1.jpg Le J'GO 58f8c9f935fd0.jpg Le J'GO 552ce4d69b036.jpg Le J'GO 56bc8f0e8d301.jpg Le J'GO 558a6ccc4a9c8.jpg Le J'GO 552ce4f681abe.jpg Le J'GO 552ce4c035761.jpg Le J'GO 552ce4cb6f92a.jpg Le J'GO 55638b846d1fb.jpg
La boucherie

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L’ego du J’GO du 15 au 22 décembre 2015

Crée le 15/12/2015

Le gratin
Il y a quelques mois, une journaliste du magazine Capital contactait le J’Go, visiblement intéressée par les méthodes d’approvisionnement, le caractère locavore de l’établissement, le lien paysan et le souci constant de la qualité des produits. Même quand on ne souffre pas de délire narcissique, l’idée de parler de ce en quoi on croit, du combat que l’on mène et du travail qu’on abat depuis 20 ans, a de quoi séduire. C’est ainsi qu’au cours d’une conversation téléphonique d’une bonne demi-heure, nous avons exposé nos relations avec les paysans, notre politique de prix dignes, notre approvisionnement sans intermédiaires, notre atelier artisanal d’Hachan, notre désir de transmettre, notre souci de bien faire, et nos échecs, aussi. En guise de conclusion, la journaliste a manifesté le désir de connaître le nom des « personnalités célèbres qui fréquentent le J’Go, notamment les grands chefs d’entreprise et les hommes politiques ». Comme on hésitait à répondre, on nous a rassuré : « Vos confrères ont répondu sans problèmes à cette question ». En guise de réponse, et pour dire un truc, on a cité deux amis de la maison qui n’ont rien à voir avec le monde de l’entreprise, Fabien Galthié et Omar Hasan. Un mois plus tard, le 21 novembre, paraissait un numéro de Capital spécial Toulouse dans lequel on retrouvait l’article consacré au J’GO et à quelques autres restos de la ville. Le titre était : « Les bonnes tables où se retrouve le gratin du business de Midi-Pyrénées ». Oubliés le locavorisme, le lien paysan et tout le reste. Ne sont restés que les deux noms susdits…