Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 5cf666caa0e6a.jpg
"Puisqu'il faut bien se définir (…) moi, je veux bien qu'on me classe dans la catégorie des ploucs. Je corresponds parfaitement à la définition. Je suis fils et petit-fils de paysan. J'ai grandi dans le monde rural. Je peux paraître mal dégrossi, un peu rustre aussi, parfois. D'ailleurs, on est tous un peu ploucs, ici, au J'Go.
Et c'est très bien comme ça."

Denis Méliet 31 janvier 1966 / 3 juin 2019

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L’ego du J’Go du 8 au 15 septembre 2015

Crée le 09/09/2015

Pas niais
Quand on réfléchit un peu (si vous n’avez jamais essayé, faites-le : c’est super), on s’aperçoit que le J’Go est plus légitime que quiconque quand il s’agit de rester dans la bouteille  ou de remplir son panier. Pas étonnant, dès lors, qu’on y diffuse l’Euro de basket à Paris comme à Toulouse.

Intermédiaire
À l’approche des saisons intermédiaires, la palette des saveurs qui s’offrent à nous frôle parfois la perfection. Ces jours-ci, on profite au J’Go de tomates tardives au jus abondant et au goût explosif, de potimarrons délivrant à la première bouchée toutes les saveurs boisées de l’automne, et de cèpes fermes et fondants taillés pour les jours de pluie comme pour les soirs de fournaise. Une façon d’avoir le beurre et l’argent du beurre, dans un resto où l’on cuisine tout à la graisse de canard.

Intervalle
Ces jours-ci les joueurs du XV de France  prennent tout, sauf des intervalles. Ça fiche un peu les jetons à quelques jours de la Coupe du Monde, mais ça n’entame pas notre moral, puisqu’en définitive mieux vaut se réunir autour d’une table au J’Go pour suivre un match qui finit mal, que ne pas se réunir du tout.