Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 58ad73f17fc9e.jpg Le J'GO 58ac019f66e4b.jpg Le J'GO 58ad73fa8fe9c.jpg Le J'GO 55f9829cd28f7.jpg Le J'GO 558a6ccc4a9c8.jpg Le J'GO 552ce4f681abe.jpg Le J'GO 55638bc32908b.jpg
La boucherie

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L'Ego du J'Go du 10 au 17 septembre 2014

Crée le 12/09/2014

Donut disturb
Pendant que se poursuivent les travaux de rénovation du J’GO Toulouse, les élèves américains se révoltent contre la loi imposant les légumes dans les cantines scolaires, voulue par Michelle Obama. Partout le brocoli vole, partout on piétine la blette, partout on conchie la carotte et le céleri. La jeunesse américaine réclame de la junk food, veut manger de la merde, du mauvais gras, du mauvais sucre, bref, elle veut kiffer la life. Les journaux français en parlent beaucoup, parce que ça flatte notre ego de frenchie (alors que c’est certainement dans les cantines françaises qu’on avale le plus de nuggets et de panga), et moquent les instincts de malbouffe des petits amerloques. Les articles expliquent la révolte en détail, mais ne se posent pas la question du goût. Car en fin de compte, si les enfant n’aiment pas les légumes dans les collectivités, c’est généralement parce qu’ils sont mal cultivés, cueillis trop tôt, congelés, plein d’eau et mal cuisinés. Même le plus végétarien des végétariens prendrait les armes s’il goûtait aux carottes à la crème des cantines scolaires. Moi qui suis aussi viandard que légumophile, je suis conscient de la chance que j’ai de pouvoir déjeuner au J’Go, où les légumes sont frais, issus de champs cultivés par des paysans locaux qui savent ce qu’est le goût, épluchés par un légumier et cuisinés par des cuisiniers inspirés.