Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 595144b59ac4a.jpg Le J'GO 592d2e8e4620b.jpg Le J'GO 5951448d8c919.jpg Le J'GO 55f9829cd28f7.jpg Le J'GO 552ce4d69b036.jpg Le J'GO 56bc8f0e8d301.jpg Le J'GO 552ce4e659dc8.jpg Le J'GO 558a6ccc4a9c8.jpg Le J'GO 552ce4f681abe.jpg Le J'GO 55f982d250e5e.jpg Le J'GO 55638b846d1fb.jpg Le J'GO 55638bc32908b.jpg Le J'GO 5951449a87239.jpg Le J'GO 57712a411bcca.jpg
La boucherie

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L’ego du J’Go du 26 mars au 2 avril 2014

Crée le 27/03/2014

Des goûts et des couleuvres... Le réflexe le plus commun quand on éprouve des difficultés à définir un mot, consiste à en chercher la signification dans le dictionnaire. Ça ne prend généralement pas plus de temps qu’il n’en faut à un ailier fidjien pour couvrir la distance entre les 22 mètres et la ligne d’en-but, et c’est relativement efficace.

Hélas, au ministère de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, il n’y a pas de dictionnaire. Et quand il faut définir l’expression FAIT MAISON pour établir le cadre de la loi régissant l’affichage obligatoire de la mention “fait maison” sur les cartes de restaurants, on y fabrique une consultation en ligne pour que les internautes « contribuent à mieux adapter la définition du « fait maison » aux attentes des restaurateurs et des consommateurs » (sic).

C’est tout de même bizarre comme façon de procéder avec les mots. Si un type vous demande ce qu’est une table, vous allez lui répondre que, d’après le dictionnaire, c’est un « meuble composé de pieds et d’une surface plane, destiné aux usages domestiques ou de la vie sociale ». Imaginons que, manque de bol, le même individu s’adresse au ministère susnommé pour obtenir une réponse (hypothèse de travail).  On le priera certainement de repasser dans un mois, le temps de demander aux usagers des tables et à ceux qui les fabriquent, leur avis sur la question.

Je vous conseille donc de participer à cette consultation nationale (http://bit.ly/1onGebb) qui prend fin le 4 avril, afin de prendre la mesure de la canaillerie linguistique de la chose qui, sous couvert de bienveillance à l’égard des restaurants véritables, vous mènera tout de même à vous demander si, éventuellement, on ne pourrait pas considérer comme « fait maison » un plat intégrant des frites surgelées. Dure condition de nos jours que celle de client de restaurant, qui, en plus du contenu de son assiette doit désormais avaler un bon paquet de couleuvres.