Des terroirs, des hommes, une histoire partagée
Veuillez patienter...
Le J'GO 5cf666caa0e6a.jpg
"Puisqu'il faut bien se définir (…) moi, je veux bien qu'on me classe dans la catégorie des ploucs. Je corresponds parfaitement à la définition. Je suis fils et petit-fils de paysan. J'ai grandi dans le monde rural. Je peux paraître mal dégrossi, un peu rustre aussi, parfois. D'ailleurs, on est tous un peu ploucs, ici, au J'Go.
Et c'est très bien comme ça."

Denis Méliet 31 janvier 1966 / 3 juin 2019

Les menus du jour

L’EGO du J’GO :

L’ego du J’GO du 26 février au 5 mars 2014

Crée le 27/02/2014

Idées bien reçues...
Si je vous dis que les Gersois surconsomment de l’armagnac, les Rétais du pineau, les Cannois du caviar et les Manceaux des rillettes, je serai à coup sûr coupable à vos yeux de mauvais esprit et accusé de véhiculer ces clichés, poncifs et idées reçues que l’époque réfute et nie pour mieux favoriser l’uniformisation des mœurs. Pourtant, si l’on observe la carte des exceptions alimentaires françaises publiée par le Journal du Net au début du mois (et reprise cette semaine par Slate.fr, on constate  que les coutumes gastronomiques locales conservent un lien direct avec le patrimoine agricole et culinaire de chaque département français. Fruits à l’alcool dans le Lot-et-Garonne, nougat dans les P-O, cidre en Bretagne, calva en Normandie, champagne dans la Marne, conserves en Haute-Garonne, confit en Gironde… pas un département n’échappe à la règle à part les Alpes-Maritimes et Paris (où la surconsommation de caviar s’explique davantage par le bling-bling que par le terroir) et la Seine-Saint-Denis où la surconsommation de lait infantile doit avoir un lien avec son extrême jeunesse, et son penchant pour le cognac est lié à la passion des rappeurs amerloques pour cette eau-de-vie charentaise…